Ottmarsheim: partageons demain
Ottmarsheim: partageons demain

La grange à bécanes partout et à toutes heures: gros budget PUB...

LES TEMPS CHANGENT :



La COM de la COM-COM en pleine évolution ? ?

 

En effet, les temps changent.

 

Voilà plus de 5 ans que nous envoyons des courriers à la présidence de la com com.

Jamais une réponse. Et là c’est à la suite d’un courrier adressé à Mr. Le Sous-Préfet (04.01.13 voir également plus bas) qu’enfin nous obtenons une réponse.  Et quelle réponse ! Savourez la juste ci-dessous.

 

Et plus bas lisez en exclusivité notre réponse :

 


Passage en SPL des structures petite enfance et plateforme douanière : courrier au sous-Préfet

TELECHARGEZ OU IMPRIMEZ LE Pdf

SITUATION ET PERSPECTIVES POUR UNE PORTE DE FRANCE ABANDONNEE...

En attendant les seuls à résister sont nos valeureux voisins Allemands.

Le fier coq Gaulois lui s'est barré vite fait depuis longtemps...


HONTE POUR NOTRE PAYS...

 

REGARDEZ NOTRE VIDEO ET ENSUITE LISEZ LE DOSSIER BILAN DE LA SITUATION ET SURTOUT NOS PROPOSITIONS POUR L'AVENIR DE CETTE PLATEFORME : SIMPLES ET LOGIQUES



Le dossier plateforme douanière : IL EST URGENT D’AGIR.


La plateforme est devenue DANGEREUSE.

 

Dans un premier temps il est important de séparer le projet de ZAC autour de l’ancienne douane et la plateforme douanière elle même si nous voulons progresser. En fait un dossier qui paraît bloqué et très complexe peut devenir simple et ainsi se débloquer rapidement. Au moins dans l’année qui démarre. A moindre coût en plus.

 

Procédons par étape :     Identifier un problème c’est le résoudre.

 

Si nous voulons voir progresser positivement la situation de la plateforme douanière, il est primordial d’exprimer ce que nous voulons exactement que cet endroit devienne, et mettre les différents protagonistes face à leurs responsabilités.

 

 Plus de quinze ans déjà que cette douane est abandonnée.

 Plusieurs partenaires impliqués :

 

1). L’état qui ne souhaite qu’un parking poids lourd pour stocker les véhicules la nuit,

     les week-end et jours de fêtes. (L’Etat doit donc obligatoirement prévoir des

     équipements sanitaires sur place).

 

2). Le département qui possède et abandonne le restaurant touristique de la

     plateforme.

 

3). Et nous puisque c’est sur le ban d’Ottmarsheim et dans la com-com.

     Nous sommes responsables de ce qui se passe chez nous.

 

 

Situation actuelle catastrophique :

 

Le bâtiment Nord est ouvert aux quatre vents, l’intérieur saccagé et le sol jonché

d'excréments. Une odeur repoussante et un danger permanent surtout pour des mômes. Des trous, de gros cables électriques, peu d’éclairage la nuit.

Seule la douane Allemande résiste en fait. Bravo à eux, quel exemple…

Voir video et photos.

 

Le restaurant touristique, quant à lui se dégrade irrémédiablement.

 

Voilà ce qu’en disait notre conseiller général dans l’Alsace du 10.04.2010

Il y a donc bientôt 3 ans.

-On sait qu’il y a du boulot, en particulier pour la plateforme d’Ottmarsheim, un site de 9 hectares appartenant à l’État et géré par la Dir (direction interrégionale des routes) Est, basée à Nancy. 
Après l’ouverture des frontières, rappelle Bernard Notter, les occupants qui étaient présents aux côtés des douaniers sur la plateforme (entreprises de transport international, bureau de change, antenne de l’Association départementale du tourisme...) ont progressivement plié bagage et laissé des bâtiments en friches. « Il y a eu un lent processus de délabrement qui est allé jusqu’à l’état d’abandon », poursuit l’élu. Avec ce résultat : une entrée dans l’Hexagone « pas très glorifiante, très triste » , dit-il. Et c’est un euphémisme.

Mais Bernard Notter voit aujourd’hui plusieurs motifs d’optimisme. D’abord, une partie des friches les plus laides ont été rasées, certaines tout récemment, observe avec satisfaction l’élu, qui « salue l’action de l’État » au passage. Ensuite, cet autre changement est intervenu, dans le cadre de la facilitation du passage des frontières dans l’espace Schengen : d’une seule voie dans chaque sens où la vitesse était limitée à 10 km/h, on est passé l’an dernier à deux fois deux voies où l‘on peut circuler à 110 km/h.-

( Pour nous il s’agit en fait d’une erreur qu’il faudra rectifier plus tard. Nous avons une vision à long terme et nous y reviendrons plus tard).

« Avec ce changement de régime du passage de la frontière, la situation est différente. Avant, les piétons pouvaient se risquer à traverser. Maintenant, la chaussée est beaucoup plus large, il y a des glissières, les voitures circulent beaucoup plus vite. Ça pose des problèmes d’accès au restaurant (ndlr : un restaurant qui est dans le giron du Département). Il y a aussi une problématique WC», poursuit Bernard Notter.

Cette nouvelle donne implique une solution pour relier les deux parties de la plateforme, qui pourrait être la construction d’une passerelle, dit le conseiller général, qui préside la commission de la voirie, des infrastructures et des transports du Département. Une passerelle qui devrait à ses yeux « sortir de l’ordinaire » et revêtir une architecture soignée, voire un caractère artistique, « pour créer un signal fort, identifier cette entrée sur le territoire, faire en sorte de marquer ceux qui passent ici», plaide-t-il.

Si Bernard Notter est optimiste, c’est encore et surtout parce que le PDMI (plan de développement et de modernisation des infrastructures, qui a pris le relais des anciens contrats de plan) signé en 2009 entre l’État, la Région et le Département et qui court jusqu’en 2014 « prévoit une ligne de sept millions d’euros pour l’amélioration des parkings des plateformes routières de Saint-Louis et d’Ottmarsheim », explique-t-il (une somme qui serait prise en charge pour 50 % par l’État, 25 % par la Région et 25 % par le Département). Selon Bernard Notter, l’État « souhaiterait pouvoir aménager un maximum de places de parking pour les poids lourds sur cette plateforme d’Ottmarsheim (ndlr : qui compte pour l’heure 160 emplacements poids lourds) ». C’est qu’il y a un manque Alsace, souligne le conseiller général, en relevant la fréquente saturation de l’aire du Fronholz (au sud de Colmar), de l’aire du Haut-Koenigsbourg ou de l’Autoport de Sausheim. Et en revenant à la plateforme d’Ottmarsheim, Bernard Notter conclut : « Ça bouge. Il y a une volonté. Il y a de l’argent ».-

Voilà, et évidemment rien ne s’est arrangé en plus de 2 ans. Nous sommes simplement heureux qu’aucune passerelle à caractère artistique n’ait été construite pour rien.

Depuis 2010 tout c’est évidemment dégradé et le dossier confié à l’équipe de Gérard Foluszny, ne peut donc évoluer favorablement.

La plateforme devient maintenant dangereuse, surtout la nuit d’ailleurs.

NOS PROPOSITIONS :

Si l’état veut un parking, il faut donc remettre les chaussées en état, prévoir des douches et toilettes pour les routiers en stationnement. C’est à dire création de quelques emplois. Evidemment, rouvrir le restaurant. En fait petit à petit réaménager l’endroit pour développer le tourisme de notre coin Sud-Rhénan avec peu de moyens, quelques idées et une volonté commune ceci est tout à fait réalisable…

L’idée de la passerelle à caractère artistique est dépassée, utilisons simplement la route des douaniers ;-)

 TOUT SIMPLEMENT.

Des idées et de l’expérience nous en avons à Citoyenneté Active.

Cela permettrait de fédérer toute la communauté derrière un projet innovant et positif… Avec en plus le développement touristique de notre région, impératif et créateur d’emplois au départ d’une plateforme douanière accueillante et point de passage de milliers de véhicules chaque année…

Citoyenneté Active va prendre des initiatives dans ce sens.

 

La nouvelle la plus surprenante de cette fin d'année 2012 :

Service Départemental de la Communication Interministérielle de l’Etat

Colmar, le 22 novembre 2012


COMMUNIQUE DE PRESSE du Préfet du Haut-Rhin
ORDRE NATIONAL DU MERITE Décret du 14 novembre 2012                                           Journal Officiel du 15 novembre 2012

 

MINISTERE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF MINISTERE DELEGUE AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES


Au grade de Chevalier
Monsieur Patrice JUNDT
Directeur d’un syndicat des eaux 68490 OTTMARSHEIM 

 

Citoyenneté Active se réserve un droit de regard critique sur les plus de 20 années d’activités de cette personne, sur son influence dans notre région ainsi que sur ses méthodes de travail. 

Nous recherchons d'ailleurs d'autres témoignages pour alimenter ceux que nous détenons déjà. Aussi, n'hésitez pas à nous les faire parvenir...


Ci-dessous notre courrier aux élus com com concernant la mutualisation / restructuration des associations jeunesse (42 emplois temps plein) : à imprimer, télécharger ou visionner.

Voir également le compte-rendu de la réunion com-com du 19.11.2012.

Comment nous joindre

OTTMARSHEIMOISE
16 rue du Rhin

68490 Ottmarsheim


info@ottmarsheimoise.fr
Téléphone :    06 08 34 84 40

Actualités

APPUYONS ENSEMBLE SUR LE BOUTON