L'Ottmarsheimoise
L'Ottmarsheimoise

 

COMMENT CHANGER LE COURS DE L’HISTOIRE

(OU À DEFAUT AU MOINS DU PASSÉ)

L’ÉGLISE TOUJOURS ET ENCORE !

COMMENT CHANGER LE COURS DE L’HISTOIRE

(OU À DEFAUT AU MOINS DU PASSÉ)

 

Monsieur le maire,

 

Combien vont effectivement coûter vos concerts que nous dénonçons, et pas seulement à cause d’un écart de date. Mais nous vous réitérons ici la demande de nous indiquer la réalité des dépenses d’argent public faites et prévues jusqu’à juin 2020, (en y incluant le coût des personnels impliqués) et qui n’en doutons pas risquent fort d’atteindre des sommets.

Que vont coûter les concerts 2018, 2019 et 2020 ? Que va coûter globalement votre expérience OCTOPHONIA ? Vous annoncez un coût prévisionnel de 600 000 € pour la seule année 2020.

La question du coût 2018 vous a été posée et nous attendons un chiffrage précis. Quid de 2019 où il y aura des concerts, un mapping, (projections sur les murs de l’église) et à nouveau beaucoup de Com, du personnel communal occupé pour ces actions, etc… Si l’on regarde le seul coût pour l’année 2018, du mapping, nous approchons les 180 000 € HT. Le coût 2018 est donc exorbitant au regard du nombre de spectateurs ayant assistés aux dits concerts.

On peut imaginer, la conception en moins, que le mapping 2019 représentera une autre somme très conséquente et pour 2020, nous savons déjà que le seul mapping extérieur coûtera prêt de 500 000 € HT !

Le coût total de ces concerts sera bien plus élevé que les 600 000 € que vous annoncez.

Outre un mapping extérieur vous prévoyez en effet de faire venir avec le philarmonique de Mulhouse,

350 choristes qu’il va bien falloir héberger et nourrir. Vous voulez pour quatre concerts accueillir à chaque fois 2200 spectateurs qu’il va bien falloir recevoir, encadrer et sécuriser !

Et les sommes dépensées entre le début de l’aventure Octophonia et 2020, année électorale d’ailleurs, dépasserons dans tous les cas le million d’euros. Mais comme vous nous l’annoncez, « le coût réel ne sera connu qu’au moment du vote du compte administratif au mois de mars 2021 » et vous ne serez alors peut-être plus premier magistrat de notre commune…

Nous n’oublions pas que faisant suite à la question que nous posions en réunion du conseil municipal du 20 juillet 2017 concernant le partenariat (subventionné) signé entre la commune et la manécanterie de l’école privée Saint Jean de Colmar, qui mène ce « festival ». École où sont scolarisés et chantent les enfants de madame la directrice des services de la commune, monsieur le maire a préféré avant que nous ne l’apprenions nous même, nous dire que sa propre fille y a été nommée professeur des écoles. (CM du 21 septembre 2017).

 

Alors, quelles justifications à ces dépenses ? 

 

Un cours d’histoire est peut-être utile : « L’abbatiale aura 1000 ans en 2020 » Mais comment pouvez-vous annoncer cela ?  En effet, pour accréditer votre version vous vous appuyez sur trois personnes : Rollins Guild archéologue spécialiste du bas-moyen âge, qui a d’ailleurs mené les travaux de datation de notre église après l’incendie de 1991, Richard Duplat architecte des monuments historiques qui a si merveilleusement dirigé les derniers travaux de restauration de l’édifice et Georges Bishoff archéologue, lui aussi spécialiste du moyen-âge. Il se trouve que nous sommes en contact depuis environ sept ans avec deux d’entres eux et que nous connaissons la famille du troisième

 

depuis plus de trente ans. Le seul des trois personnages à avoir à notre connaissance publié sur le sujet est bien évidemment monsieur Rollins Guild qui a mené les travaux de datation du bâtiment. Il prépare d’ailleurs un nouvel ouvrage sur le sujet. Et voyez-vous, il ne pense pas comme vous. Alors pourquoi le citez-vous pour soutenir votre thèse ???

Mais, quand l’abbatiale à-t-elle donc été construite ? Quand à-t-elle été consacrée ? Le 900e anniversaire a été célébré en quelle année ? Il est intéressant de se rappeler que l’abbatiale consacrée en 1049 par Léon IX le pape Alsacien, a fêté avec le curé Barthlen, que beaucoup d’entre nous ont encore connu, ses 900 ans, le sept octobre 1945, et pas 1920, monsieur le maire. Sachez qu’après l’incendie de 1991, et beaucoup grâce à monsieur le curé Thuet, les monuments historiques ont entrepris une série d’analyses scientifiques de datation du bâtiment.

Les analyses de la dendrochronologie des bois, (méthodes de datation très précises des bois utilisés dans la construction même des murs de l’église) dont les résultats sont clairement imparables, ont définitivement déterminés une construction de notre église au début des années 1040.

Quatre publications parmi d’autres, d’auteurs reconnus (même par vous monsieur le maire) comme Rollins Guild rejoignent tous l’abbé Barthlen qui n’avait pas autant d’informations scientifiques que nous, mais du bon sens simplement.

 

Ainsi, comme pour d’autres sujets vous et vos élus réécrivez la vérité sous les formes qui vous conviennent.

 

À l’heure où chaque euro compte pour la population, qui voit que les vraies priorités de notre époque sont ailleurs, il est difficile d’accepter de telles dépenses dont nos administrés auraient bien besoin ailleurs.

 

VOIR PAGE 3 ANNEXES LES PUBLICATIONS CONCERNANT LA DATATION DE L’ÉGLISE

 

 

Budget :   Lors du conseil de fin janvier, monsieur le maire nous fait voter pour inclure en dernière minute un 10eme point à l’ordre du jour du conseil municipal. Ce point concerne un mandatement des dépenses d’investissements du budget primitif 2019 qui sera soumis au vote fin mars 2019.

Une telle anticipation se traduit par une avance de dépenses sur des postes importants :

50 000 €  d’études, un chapitre fourre-tout (immobilisations corporelles) d’un montant  de 90 000 €, achat de terrains bâtis 123000€, il s’agit de quelques exemples. Le montant total de cette avance demandée par le maire s’élève à 410 800€, belle avance budgétaire. L’an dernier déjà il avait fallu voter d’urgence une avance imprévue d’environ 500 000€. Nous nous sommes abstenus !

 

La suite : fin du programme d’installation des coûteuses caméras, une nouvelle Gendarmerie à laquelle devaient participer les communes de l’ancienne Com Com. Nous restons pour l’instant seul, 2 000 OOO €.

« Un pôle touristique » autour de la ferme du prieuré, de quoi recevoir en continu quelques touristes, on parle de neuf chambres ? Et le prieuré peut se réjouir, un parking pour les Camping-Car avec tout ce que cela inclus, au centre du village et avec vue sur l’église. Ce genre d’installations en général situées en dehors des communes, en cause les nuisances olfactives et sonores. Pour l’instant on parle d’1 000000 €.

 

Et face aux urgences écologiques, sociales et démocratiques auxquelles le pays et Ottmarsheim sont confrontés vous répondez OCTOPHONIA

 

N.B. En 2017 la banque alimentaire nous a livré : 6117 kg de nourriture

       En 2018 la banque alimentaire nous aura livré : 8623 Kg de nourriture

Nous avions déjà signalé en 2016 les 34% d’augmentation sur une année.

Cette fois c’est une augmentation des distributions de nourriture de 40% sur une année !

 

Et le conseil municipal ? Que fait-il ? Absence de commission, donc absence de débats :  tous les projets sont ficelés par le maire et sa DGS, donnés à des cabinets d’études, soumis ensuite au comité de direction (les adjoints), et voté en conseil.

Rapide, mais cher et inadapté aux besoins de la population. Tout au plus pouvons-nous encore donner notre avis sur le nombre de merguez accordées aux participants du barbecue des séniors.

À côté de cela ils lancent sur internet une page participative. Ils se targuent d’être ainsi les artisans de la proximité d’aujourd’hui sans se rendre compte qu’ils éliminent directement tous ceux qui ne sont pas connectés, et il y en a. Ils construisent un monde virtuel sans contacts humains. 

Les enjeux d’une véritable participation citoyenne sont énormes pourtant !

 

OTTMARSHEIM EST UN VILLAGE, donc simple et facile de prévoir des réunions publiques non ?

Et cela, même dès le début du mandat ! C’est notre ambition.

 

Annexes - LES PUBLICATIONS CONCERNANT LA DATATION DE L’ÉGLISE :

 

- Rollins Guild professeur en archéologie médiévale Université de Strasbourg (1989-2000) le spécialiste reconnu de notre église.( cité par le maire comme soutenant sa thèse de 1020-2020 ;-)

Et Suzanne Braun (Docteur en histoire de l’art, professeur à l’Université populaire européenne de Strasbourg)

Dans : LA REVUE D’ALSACE (1998).

« Des fourchettes chronologiques sont ainsi cernées d’après des données fournies par les trois sources documentaires :

1040-1060 pour la construction, établie par les chronologies relatives des églises romanes.

1047-1049 repères précis établis pour le portail ouest au rez-de-chaussée et pour les chapiteaux de la tribune.

Après 1047 :1049 + ou – 2 ans : repère pour le tambour de la coupole, fixé par l’analyse et la restitution dendochronologique.

1027 : pour l’idée de fonder un monastère à Ottmarsheim, hypothétiquement inspiré par Radebot, frère de Rodolphe et fondateur de Muri.

1049 – avant 1063 : pour la consécration de l’édifice et l’achèvement avant 1063.

Pour conclure, la construction est datable des années 1040-1055, si l’on tient compte des fourchettes larges et des trois points de repères. La datation dendrochronologique apparaît alors bien à sa place dans les séquences et par rapport à Büdingen.

Par conséquent la datation retenue entraîne la chronologie suivante : la fondation monastique et le projet architectural sont probablement antérieur à 1040, la première étape du chantier de construction se situe au début des années 1040, la réalisation de la tribune -  avec ses chapiteaux cubiques – en 1045 – 1050, la construction de la coupole en 1049 – 1051 environ et enfin les toitures et l’aménagement interne s’achèvent au plus tard vers 1055.

 

- Dans : DICTIONNAIRE D’HISTOIRE DE L’ART DU MOYEN ÂGE OCCIDENTAL. (2009)

Sous la direction de :

Pascale Charron – maître de conférences en histoire de l’art du Moyen Âge, Université de Tours. Et Jean-Marie Guillouët – Conseiller scientifique à l’Institut National d’histoire de l’art, Paris et maître de conférences en histoire de l’Art du Moyen Âge, Université de Nantes. Publié chez ROBERT LAFFONT

« Si les analyses dendrochronologiques datent les bois du tambour de 1049, les études architecturales placent la construction entre 1040 et 1055 environ, ou 1060 pour inclure le chevet… »

 

- Phillippe Nuss

(professeur de mathématiques pour notre maire mais néanmoins reconnu comme le spécialiste des Habsbourg en Alsace)

Dans : LES HABSBOURG EN ALSACE des origines à 1273 (2002)

(Publié par la société d’histoire du Sundgau)

« Dans son histoire récente, l’abbatiale eut à souffrir d’un regrettable incendie survenu de manière accidentelle. Le sinistre se déclara dans la nuit du 27 au 28 février 1991 et ravagea sauvagement l’édifice. Les analyses dendrochronologiques effectuées à la suite de la catastrophe permirent de situer la construction de l’église octogonale de manière relativement explicite dans le temps. L’étude de certains échantillons prélevés de bois d’aulne conduit à une date d’abattage extrêmement précise : l’année 1049 ou l’automne-hiver 1049-1050. Par ailleurs, des considérations d’ordre technique ou stylistique placent l’édification de l’église dans les années 1040 – 1060, un intervalle qui s’accorde admirablement avec les informations fourni par les textes diplomatiques… »

 

- Jean Philippe Meyer chercheur. Inventaire. Région Alsace.

Dans : VOÛTES ROMANES (2003)

Architecture religieuse en Alsace de l’an mil au début du XIIIe siècle.

(Publication de la société savante d’Alsace)

« La fondation du monastère était autrefois située relativement tôt (vers 1010 -1020). Les chercheurs ont pensé aussi à une édification vers 1030 -1040, avec consécration après achèvement. Depuis, une analyse dendrochronologique fut réalisée sur les chaînages qui courraient sous les fenêtres de l’octogone. Pour l’un des fragments (n°13), le dernier anneau de croissance est celui de 1047 (avec huit cernes d’aubier) ; l’année d’abattage des arbres est placée « en 1049 environ » ; l’incertitude affectant cette estimation serait « de l’ordre de deux ans ». Malgré l’absence du cerne situé sous l’écorce, qui permettrait une datation précise, et les interrogations quant au calcul de l’incertitude, on peut du moins en conclure que le niveau des fenêtres de l’octogone était atteint dans les années après 1047, ce qui élimine la date haute admise autrefois…

Rien ne s’oppose donc à ce que l’église d’Ottmarsheim ait été bâtie pour l’essentiel entre 1030 et 1049 avant d’être consacrée par le pape vers la fin des travaux, avant complet achèvement, comme le fut l’abbatiale d’Andlau… » 

                                                                                                          

 

 

TOUT EST EXPLIQUÉ DANS CET EXTRAIT DE LA REVUE D'ALSACE DE 1998

 

Le discours aujourd’hui change, et contrairement à ce qui était dit en juin (video du haut de page) on s'adapte aux nouvelles réalités (après notre lettre d’info évidemment ;-) et l'on ne fête plus l'anniversaire de la construction de notre église mais : le festival correspond à l’entrée du bâtiment dans le millénaire (sic) CM du 28.02.2019 annoncé par Mr le maire et ne veux pas dire grand chose en fait. Il faut bien justifier les sommes pharaoniques dépensées et l’envie de rester pour toujours dans l’histoire de notre village.
Les journalistes d'Alsace 20 posent à l’époque déjà les bonnes questions : « une communes comme la votre peut elle seule gérer un tel événement ? »
Le maire parle de subventions, mais où sont elle ? Quel en est le montant ?

Quel est le coût de l'implication des personnels de notre commune dans cette organisation ?

Ci-dessous : Video du Conseil de Janvier départ de l'affaire...Ci-dessous

 

 

Extrait CM de janvier 2019

 

VITE VITE, ORGANISONS DES RÉUNIONS DE QUARTIERS

NOUS L'AVIONS PROMIS :-)

 

-- MAIS POUR PARLER DE QUOI AU FAIT ? D'INSÉCURITÉ PAR EXEMPLE, mais c'est bien sûr -- ET NON DE TAXE D'HABITATION, NI DE DÉPENSES PHARAONIQUES D'ARGENT PUBLIC --???