L'Ottmarsheimoise
L'Ottmarsheimoise

                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Ottmarsheimoise.fr                           DOSSIER COMPLET LINKY ICI: LINKY

 

POUR UN SUD RHENAN FORT, DEMOCRATIQUE ET PLURALISTE,

EN TRANSITION ENERGETIQUE, ET POUR UNE ENTRAIDE VILLAGEOISE. 

16 rue du Rhin - 68490 Ottmarsheim


tél: 06 08 34 84 40 - courriel : info@ottmarsheimoise.fr                   Avril 2018                

OTTMARSHEIM en M2A

VERS UN VILLAGE APAISÉ OÙ LA PAROLE EST LIBRE

 

 

POUR GARDER L’ÉGLISE

AU MILIEU DU VILLAGE*

 

ANALYSE D’UNE ACCÉLÉRATION FINALE

1- Comment prendre des vessies pour des lanternes :

 

Dans la plainte commune contre leur voisin, le maire nous a par 2 fois assuré, que son épouse était cadre supérieur du groupe St Sauveur, et nullement directrice administrative sociale de la commune, ce que nous savons (mais ne figure pas sur la convocation du tribunal)…

 

Dans cette affaire :

- soit le gendarme qui a reçu l’épouse de notre maire souffre d’un dysfonctionnement auditif sévère, auquel cas il est urgent pour lui de consulter et de se faire appareiller

- soit il a très bien entendu et a retranscrit ce qui lui a été dit, simplement !

 

à Monsieur le maire, on enterre pas les choses aussi facilement, en tant que

1er magistrat de la commune, vous avez le devoir de clarifier ce dossier. Laisser une telle affirmation tomber dans l’oubli nuirait à la manifestation de la vérité. Pour l’heure, la vérité reste ce que le gendarme a retranscrit ! 

 ( Lire précédent chap ICI: VERS UN VILLAGE APPAISÉ Dec 2017)

 

* garder l'église au milieu du village : Afin que les convenances soient respectées (Dos d'Kerich em Dorf bliebt).

Faire en sorte qu'il n'y ait pas de heurts, pacifier, ramener la sérénité, remettre de l'ordre. Garder les priorités en vue, ne pas mettre la charrue avant les bœufs...                                                     

 

 

2- D’une chronique ordinaire du conseil municipal : (extrait / envoyé aux élus avant le CM du22/02/18.)

 

« Je souhaite attirer votre attention sur le fait que le cabinet d’avocats qui a fait perdre le maire dans ses trois plaintes contre moi, défendra à nouveau monsieur le maire au tribunal administratif contre l’un de nos employés communaux handicapé.

Nous sommes en droit de nous demander si un tel dossier que je connais parfaitement, qui est vide et que je suis prêt à vous expliquer, ne devrait pas simplement se régler ouvertement, ici autour de la table du conseil, en prenant ensemble, la décision de demander à monsieur le maire d’abandonner les sanctions contre cet employé de la commune ? Je vous invite donc à prendre une délibération dans ce sens ».

 

Lorsque nous avons décidé d’envoyer ce courriel, notre but était simple :  démontrer que l’équipe majoritaire était incapable de réfléchir, de s’exprimer ou de proposer d’autres solutions. Et nous avons réussi !

  • Réaction = 0
  • L’équipe du maire est restée muette, alors qu’en privé, beaucoup critiquent ouvertement la gestion municipale de leur patron.  
  • Merci et bravo, mesdames et messieurs, pour votre courage, votre soutien à l’agent et votre grande humanité ! Votre attitude restera dans les mémoires !…

 

  • Quels sont-ils ces conseillers de la « fine » équipe qui cautionnent aveuglément de tels agissements sans même se poser de question?

Les adjoints : J-M BEHE - R. MEYER-ROCHE - C.VOGEL - S. GLADINIE-NILLY -

M. LEROY

Les conseillers: F. CHRETIEN - J. KIHLI - S. BRUN-COLIBERT - S. MARRON- N.WERNER-RACHOU - R. PILOT - R. LEGENDRE - D. FERRAGU et  

Ch. DESGRANCHAMPS.

 

  • Quelle est la réalité d’un conseil municipal sous cette mandature ?

- Absence de débat

- Aucune question posée 

- Des difficultés à obtenir des rapports sur support papier et encore quand ces derniers nous sont fournis en heure et en temps

- Des questions qui doivent être préparées en amont et déposées au maire 48h avant un conseil municipal pour espérer avoir des réponses

- Des réponses à nos questions en suspens sous divers prétextes

 

 

LA CAMPAGNE DE 2020 A DÉMARRÉ !  le bulletin spécial ci-dessous

 

Dans le dernier bulletin municipal, le maire nous présente sa version du bilan au 2/3 du mandat :

sous forme d’édition spéciale

mis en page et édité par l’agence de communication CACTUS

au frais de la commune (donc à nos frais)

 

Parlez-en entre vous, et faites-nous remonter vos avis !  

L’EDITO du maire est tout simplement édifiant : on y découvre un homme se posant en victime et incapable de rassembler ou de proposer un compromis ! Il se dit également calomnié, par qui ? Comment peut-il affirmer cela ? N’est-il pas simplement victime de l’expression démocratique qu’il admet mal ?

À lire l’ensemble, il donne à penser qu’avant cette équipe, rien n’avait été fait correctement dans notre village.

 

C’est donc bien l’ouverture de sa prochaine campagne :

 

à coût 0 car produit avec de l’argent public

avec la reprise de son logo de campagne (en grand format et en filigrane sur chaque page) et  dont nous percevons  encore mieux la signification, aujourd’hui: entre nous et en cercle fermé !

    Mais la roue tourne, monsieur le maire, et nous sommes prêts…                                                                

 

Ottmarsheimoise.fr                           SUPPLÉMENT

  

AYEZ PEUR, ON S’OCCUPE DU RESTE !

 

àMais quelle est cette mandature qui pour imposer ses projets, mise et entretient la peur ??

Sur quels chiffres de référence (demandés mais non obtenus)?

Pour quels coûts ?

Pour quels résultats attendus ?  

 

Le journal l’Alsace a récemment publié un article intitulé : « Vidéoprotection : peu efficace, sauf contre les automobilistes. » (à lire plus bas)

 

Le journaliste évoque le chercheur, Laurent Mucchielli, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’université ­d’Aix-Marseille, qui publie un ouvrage sans concession sur le sujet : « Vous êtes filmés – enquête sur le bluff de la vidéo­surveillance »  (éditions­ Armand ­Colin).

Nous le mettons à disposition sur simple demande.

Voici quelques extraits d’interview du chercheur parue dans la revue « la gazette des communes ».http://www.lagazettedescommunes.com/550944/la-videosurveillance-est-un-gaspillage-de-largent-public/    

 

La vidéosurveillance est un gaspillage de l’argent public

Hervé Jouanneau | Publié le 05/03/2018

 

Dans un livre à paraître le 7 mars prochain, le sociologue Laurent Mucchielli relance la polémique sur la vidéosurveillance. S'appuyant sur une enquête de terrain, il dresse un bilan accablant de son efficacité et fustige le «bluff technologique» des industries de sécurité, le gaspillage de l’argent public et la démagogie politique.

 

A quoi sert la vidéosurveillance ? Si certains élus prétendent y voir un outil de dissuasion, d’autres vantent ses vertus en termes d’élucidation judiciaire.

En France, aujourd’hui, 3500 municipalités, de droite comme de gauche, en seraient équipées et se disent unanimement convaincues par son utilité dans la panoplie de lutte contre la délinquance, justifiant au passage, son poids conséquent dans leurs budgets.

S’appuyant sur une enquête de terrain, l’universitaire passe au crible les rouages politiques, économiques, sociaux et techniques de la vidéosurveillance pour « sortir des imaginaires et des discours » et produire une évaluation réelle, qui n’a jamais été établie à ce jour par les autorités.

Et pourtant, depuis plus de vingt ans, le monde scientifique, par la voix de chercheurs français et étrangers, ne cesse de juger, chiffres à l’appui, l’impact très limité de la vidéosurveillance sur l’insécurité

Dans cet entretien accordé à « La Gazette des communes », il enfonce le clou et dresse un bilan particulièrement sévère de cet outil, insistant sur le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l’argent public et la démagogie politique.

 

A quoi sert vraiment la vidéosurveillance ?

 

La présence d’images utiles n’est avérée que dans 1 à 3% du total des enquêtes réalisées dans l’année sur la commune. On peut penser que « c’est toujours ça de pris » mais aussi savoir que c’est très peu et s’interroger sur le rapport coût-avantage.

Je constate tout d’abord qu’enregistrer des images utilisables ensuite par les policiers ou les gendarmes dans leurs enquêtes a une efficacité réelle mais très limitée

 

Cette « détection en direct » étant très faible, cela conduit à un détournement du système vers d’autres usages, le plus rentable étant la vidéo-verbalisation. Une ville peut faire ce choix mais dans ce cas il faut dire la vérité à la population.

Autre constat : dans toutes les villes, les élus et les chefs de police disent regretter de ne pas pouvoir faire de la police de proximité faute d’effectifs. C’est une contradiction majeure.

Les caméras ne la protègent pas des vols ou des agressions, elles accroissent la répression des infractions routières.

 

Vous n’hésitez pas à qualifier la vidéosurveillance de « gaspillage de l’argent public» ?

 

J’étudie un objet avec des méthodes scientifiques et je tire les conséquences des constats. Le rapport coût-avantage n’est pas favorable à la vidéosurveillance. La promesse de meilleure sécurité des habitants n’est globalement pas tenue.

Chaque euro investi dans la vidéosurveillance est nécessairement enlevé ailleurs. Or je n’ai vu aucune ville évaluer sérieusement non seulement l’impact de la vidéo mais aussi l’impact de la réduction des dépenses opérée en échange dans d’autres secteurs.

Enfin, dire que la vidéo aide à nous protéger du terrorisme est une sottise ou un mensonge.

Dans tous les cas survenus ces dernières années, quand le terroriste a survécu on retrouve des images de lui après coup. Quand tout le monde est déjà mort. Cela ne sert donc à rien et c’est même au contraire utilisé par nos ennemis dans leurs stratégies d’endoctrinement des jeunes.

 

Lors du conseil municipal de fin mars le maire a donné l’impression de vouloir faire marche arrière et n’installer que 12 caméras, nous aimerions y croire…MAIS :

  • Un appel d’offres a bien été lancé pour 32 caméras dont l’installation est programmée en 3 tranches

 

UN PROBLÈME TECHNIQUE À FAIT QUE LE PLUS SAVOUREUX DE CE CONSEIL DE MARS N'A PU ÊTRE FILMÉ -

DU JAMAIS VU CES 35 DERNIÈRES ANNÉES EN FAIT.

REGARDEZ LE CONSEIL SUR LE SITE DE LA COMMUNE DES SA MISE EN LIGNE. VOUS JUGEREZ PAR VOUS MÊME...